Déroulez
VOS SERVICES EN UN CLIC

Pyrénées-Atlantiques : 1 million d’euros pour relancer le tourisme

En mars dernier, la crise sanitaire de la Covid-19 venait fortement impacter l’économie française et le secteur touristique en particulier.

L’économie départementale a été très touchée. Tous secteurs d’activités confondus, 15 000 structures ont fait une demande de mise en œuvre des mesures de chômage partiels pour un total de 116 000 salariés et 56 millions d’heures, soit un montant de 500 M€. 100% des salariés du secteur Café - Hôtellerie - Restauration sont concernés par ces mesures, soit environ 10 000 salariés. A la veille du 11 mai, 1er jour de la phase 1 du déconfinement, près de 90% des entreprises du tourisme des Pyrénées-Atlantiques étaient fermées. Environ 75 % avaient mobilisé une aide des pouvoirs publics (dispositifs d’activité partielle, fonds de solidarité, modulation du paiement des cotisations sociales ou fiscales, …).

Afin d’accompagner les professionnels du secteur dans la reprise d’activité, Jean-Jacques LASSERRE, Président du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, a décidé d’affirmer son soutien aux acteurs du secteur et de lancer un plan de relance inédit d’un million d’euros pour le tourisme.

UN PLAN DE RELANCE POUR LE TOURISME EN PYRÉNÉES-ATLANTIQUES

Une campagne de communication pour dynamiser le tourisme de proximité  

« Grand air, Grands espaces, Nouveaux départs » : trois messages structureront, en les adaptant, les différentes prises de parole avec pour objectifs de :

Favoriser la consommation pour soutenir l’activité de toutes les entreprises. 

Générer des flux sur l’ensemble du territoire départemental pour soutenir toutes les activités : littoral et montagne, urbain et rural. 

Valoriser la diversité des espaces et des activités des Pyrénées – Atlantiques en incitant à la découverte des grands espaces et à la pratique d’activités outdoor du Béarn et du Pays basque.

La stratégie vise à positionner le territoire sur une approche de tourisme slow pour un développement responsable. Le territoire est propice à ce positionnement valorisant l’ensemble de ces richesses. Une stratégie qui sera amplifiée en 2021. 

Dans le contexte actuel, la clientèle dite locale et de proximité devient une cible majeure. 
C’est en direction des habitants du département principalement puis de ceux du Grand Sud-Ouest que vont être entreprises des actions.

L’édition spéciale « tourisme » du magazine 64, celui du Département sortira début Juillet. Un numéro consacré exclusivement à la valorisation de l’offre touristique du Béarn et du Pays basque.

Le développement d’une offre « circuit court » pour favoriser le consommer local et la prise de parole dans les média locaux. 

Au-delà de la saison estivale, des plans de communication seront mise en œuvre à la rentrée de septembre en direction de Bordeaux, Toulouse prioritairement. 

Toutes les actions viseront à avoir un impact économique direct dans les chiffres d’affaires des entreprises afin soutenir l’économie locale. Il ne s’agira pas de proposer des remises commerciales ou brader l’offre pour éviter de faire porter les efforts aux acteurs, déjà durement touchés.

« Opération 64 à 64 € » 

9 000 chèques cadeaux à 64 € pour les habitants du 64 et de la Région.

L’objectif est d’inciter à la consommation d’activités et d’hébergements dans le 64 en offrant des chèques cadeaux d’une valeur de 64€ aux habitants du 64 et du grand Sud-Ouest (Bordeaux – Toulouse). 

L’opération débutera mi-juin et les bons pourront être dépensés jusqu’à la fin de l’année. 

Une diffusion du dispositif sera assurée entre autre sur les réseaux sociaux, les newsletters, les professionnels souhaitant incité leur clients à revenir en Pyrénées-Atlantiques. 

Comment cela va-t-il se passer ? 

Tout au long de l’été, après inscriptions en ligne, les gagnants seront tirés au sort tous les 15 jours, de juin à septembre, pour gagner un des 9000 chèques cadeaux. 

Avec son chèque cadeau, le gagnant pourra réserver en ligne ou se rendre directement auprès d’un professionnel du tourisme. Pour ce faire une nouvelle plateforme web sera lancée dans les prochains jours pour faciliter ces réservations et le parcours du client dans sa recherche.

Sur justificatifs des dépenses, les bénéficiaires seront remboursés. 


Les professionnels seront informés des modalités de fonctionnement du dispositif, et invités à relayer la communication auprès de leurs propres fichiers clients.

Un budget de 600 000 € mobilisé. 

Le Repos des Héros

Une opération initiée en Pyrénées-Atlantiques, suivie par plus de 23 destinations,- départements et offices de tourisme -, 16 555 soignants inscrits, 414 bons vacances en Béarn Pays basque à recevoir. 

Le 24 mars dernier, dès le début de la période de confinement, l’AaDT initiait l’opération #LeReposDesHeros.

Par solidarité pour les soignants mobilisés chaque jour en France et pour soutenir les professionnels du tourisme du 64, l’Agence d’attractivité et de Développement Touristiques du Département des Pyrénées-Atlantiques offre aux soignants 200 « bons vacances » d’une valeur de 500 € en Béarn Pyrénées et Pays basque. 

Sur le plan départemental, des opérateurs tels que l’Office de tourisme de Bidart, Les Okiri à Baudreix, Soupçon en Jurançon, ou encore le camping Beaurivage ont souhaité amplifier l’initiative.
Les éditions des Guides Verts Michelin s’associent et offrent des cartes du 64.

VVF France, présidée par Madame Martine PINVILLE a doublé la mise en dotant 200 séjours supplémentaires dans l’un de ses villages du département. 

Soit au total 414 bons vacances à offrir aux soignants. 

L’opération diffusée par voix de relations presse, par les réseaux sociaux a été très plébiscitée. 

Au niveau national, près de 25 organismes du tourisme (ADT ou offices de tourisme) ont également repris et adaptée l’initiative dont les Départements du Var, Cantal, Anjou, Vaucluse, Provence, Cher, Val d'Oise, Côte d'Or, Creuse, Touraine, Seine Maritime, Mayenne, Hautes-Alpes, Drôme… 

Un budget de 100 000 € mobilisé. 

 

1 million d’euros mobilisé pour relancer l’activité touristique dont 700 000 euros au bénéfice direct des entreprises.